Censure définitive de RT France : la fin de l'illusion démocratique

(image d'illustration) Source: RT France
(image d'illustration)
Suivez RT France surTelegram

Les défenseurs de la démocratie française ont finalement réussi à censurer un des derniers bastion de journalistes s’opposant à la doxa. Un reniement absolu de ce qu’ils prétendent défendre, qui annonce leur effondrement.

Inévitable depuis le 9ème paquet de sanctions fin décembre, la fermeture de RT France par les autorités a été précipitée. Visiblement, le gouvernement français ne pouvait patienter quelques mois, et, dans une énième entorse à l’état de droit, a gelé les réserves disponibles qui permettaient encore à notre entreprise de survivre.

Une décision peut-être accélérée par les sorties peu confraternelles à notre égard ces dernières semaines de France Inter, de Libération ou encore de Patrick Cohen sur France 5, qui à tour de rôle se sont émus que nous puissions continuer à travailler. Avec comme souvent un manque de la rigueur journalistique la plus élémentaire, puisque rappelons-le, RT France ne tombe pas sous le coup des sanctions prises dans la foulée du conflit en Ukraine. Si notre source de financement a été coupée et notre diffusion a été suspendue en France – sous un prétexte fallacieux –, nous avons en revanche parfaitement le droit d’y poursuivre nos activités. Quand bien même celles-ci dérangeraient un certain ordre établi. A toutes fins utiles, rappelons par ailleurs que RT France n’a jamais été sanctionnée par l’Arcom, le gendarme de l’audiovisuel, et n’a jamais publié la moindre fausse information.

Mais il faut croire que les médias français, qu’ils soient d’Etat ou aux mains de milliardaires, relais zélés du pouvoir, n’aiment pas la concurrence. Surtout quand celle-ci sait mettre le doigt là où ça fait mal. Rien de bien surprenant : la caste médiatique s’est tellement éloignée de la réalité ces derniers temps, qu’il lui est désormais impossible de tolérer la moindre contradiction, sous peine de s’effondrer sous le poids de ses mensonges. Les prémices du danger vital que nous représentions pour elle ont éclaté au grand jour au début du mouvement des Gilets jaunes. Après les avoir diffamé, après avoir méprisé leurs revendications puis ignoré les violences à leur encontre, la caste médiatique s’est demandée par quel sortilège RT France était l’un des seuls médias à trouver grâce à leurs yeux. Il faut dire que nous avions fait quelque chose de presque révolutionnaire de nos jours : notre travail de journalistes.

Une approche surprenante dans le milieu, qui a depuis longtemps abandonné son rôle de contre-pouvoir pour en devenir un simple porte-parole. En témoigne les mensonges répétés ad nauseam au cours de ces dernières années concernant, à la volée, «l’ingérence russe» dans les élections américaines, la guerre en Syrie, le Brexit, ou plus récemment le Covid-19 et son vaccin.

Victoire à la Pyrrhus

Aujourd’hui bien sûr, c’est notre traitement du conflit en Ukraine qui présente un problème majeur à l’élite politico-médiatique, qui se plaît à nous accuser de diffuser de la «propagande russe». Une accusation quelque peu surréaliste quand on écoute le niveau d’analyse en vigueur sur les plateaux télé, comme, à tout hasard, sur celui de LCI. Soulignons – une dernière fois – à ce sujet, que le fait de dire que le conflit pré-date le début de l’opération militaire de février, que les populations russophones du Donbass ont été persécutées, que le bandérisme est bien vivant en Ukraine, ou que Kiev n’a jamais eu l’intention de respecter les accords de Minsk, ce n’est pas faire de la propagande russe. C’est poser les bases nécessaires à de futures négociations de paix.

Il convient dès lors de se demander pourquoi si ces arguments n’avaient aucun poids, nous ne pourrions librement les donner? Que le petit caillou que nous étions dans la chaussure du paysage médiatique parvienne à enrayer l’engrenage de leur contrôle de l’information en dit davantage sur eux que sur nous, sur la fragilité de leur position, incapable de se frotter au débat contradictoire. Que l’Etat en soit réduit à nous censurer ou que la caste médiatique appelle incidemment à notre censure – tout en pérorant sur la défense de la liberté de la presse – montre à quel point ils sont en perdition.

Cette censure, à l’encontre de toutes les valeurs qu’elles prônent, n’est en fait que la composante morale de l’effondrement protéiforme des sociétés occidentales et ici de la France. A celle-ci s’ajoute un effondrement politique, le reste du monde et l’Afrique en premier lieu n’étant pas aveugle à leur duplicité, préfère se tourner vers d’autres partenaires avec qui ils peuvent établir une relation de confiance, basée sur la compréhension et les bénéfices mutuels. Et comme tout un chacun peut le constater, tout ceci précède leur effondrement économique, attisé par des sanctions qui apparaissent de jour en jour comme le suicide qu’elles sont, sur l’autel d’intérêts qui sont tous sauf ceux des peuples.

RT France c’était des journalistes français qui avaient simplement le malheur de ne pas souscrire au nombreux mensonges et contre-vérités que produit quotidiennement la doxa Otano-bruxelloise. Des journalistes qui refusaient de laisser leur pays se mentir à lui-même et dénonçaient inlassablement l’hypocrisie de ses élites, lorsqu’elles n’appliquent pas les préceptes qu’elles prétendent défendre. Des journalistes qui aiment leur pays qu’ils voient dériver sur une pente aussi absurde que dangereuse. Des journalistes d’opposition en somme. Que vous aimiez ou pas notre travail, notre censure, c’est une perte de votre liberté.

Les réjouissances que susciteront à n’en pas douter notre disparition dans les cercles du pouvoir sont une injure de plus à l’histoire de notre pays, qui s’est construit par la force de ses esprits critiques. Une chose est sûre, elles ne sauront masquer le reniement de l’âme de notre nation qu’elle représente en réalité.

Or une telle victoire à la Pyrrhus ne peut qu’annoncer une fin de règne.

Frédéric Aigouy

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix