Conflit en Ukraine : les dernières informations

Conflit en Ukraine : les dernières informations© RIA NOVOSTI
en continu
Suivez RT en français surTelegram

L'armée russe est intervenue le 24 février 2022 en Ukraine pour la «démilitariser», après la reconnaissance par Moscou de l'indépendance des républiques du Donbass. Les pays occidentaux et leurs alliés ont dénoncé une invasion.

Mise à jour automatique
  • Des avions russes ont frappé des unités ukrainiennes

    Les équipages d'avions de combat Su-25 ont mené sur le front des frappes avec des missiles aériens non guidés, a rapporté l'armée russe. Les équipages ont ensuite effectué une manœuvre antimissile, libéré des pièges à chaleur et sont retournés à l'aérodrome de départ. Selon la Défense russe, toutes les cibles ont été atteintes.

  • Russie : les secours se précipitent pour éteindre l'incendie d'une raffinerie après une frappe ukrainienne

    Une attaque de drone ukrainien contre la ville d'Azov, dans la région russe de Rostov, a provoqué ce 18 juin au matin un incendie majeur dans une raffinerie de pétrole, selon les autorités locales.


  • Donbass : l'armée russe libère le village de Staromaïorskoïé et avance à Tchassov Iar

    Le groupement de troupes russes Vostok a libéré Staromaïorskoïé en RPD, a indiqué le ministère russe de la Défense ce 10 juin. De rudes combats ont lieu à Tchassov Iar, où les parachutistes russes avancent pied à pied.

  • Macron veut «finaliser» une coalition de pays pour l'envoi d'instructeurs militaires en Ukraine

    Lors d’une conférence de presse conjointe avec Volodymyr Zelensky, le 7 juin à l’Élysée, Emmanuel Macron a confirmé la cession à Kiev de Mirage 2000-5, ainsi que la formation et l’équipement d’une «brigade entière» de l’armée ukrainienne. Le président français a également annoncé que l’envoi de nouveaux missiles de croisière Scalp et de bombes air-sol A2SM avait été acté.

    Interrogé sur l’éventuel envoi en Ukraine d’instructeurs militaires français, le chef d’État français a déclaré vouloir «finaliser» une coalition de pays prêts à se joindre à une telle initiative. «Plusieurs de nos partenaires ont déjà donné leur accord» et «nous allons utiliser les jours à venir pour finaliser une coalition, la plus large possible», jugeant «légitime» cette demande de Kiev.

  • Les missiles américains livrés à Kiev ne serviront pas à frapper Moscou ou le Kremlin, assure Joe Biden

    Joe Biden a assuré dans un extrait d’entretien diffusé ce 6 juin par ABC que les armes livrées à Kiev ne serviraient pas «à frapper à 300 kilomètres à l'intérieur du territoire russe ou à Moscou ou sur le Kremlin». «Elles doivent être utilisées à proximité de la frontière en cas d'attaques sur des cibles ukrainiennes lancées» depuis la Russie, a-t-il déclaré.

    À la question de savoir s'il était «inquiet» après les propos de Vladimir Poutine ayant mis en garde l’Occident, Joe Biden a répliqué : «Je le connais depuis 40 ans. Il m'inquiète depuis 40 ans. Ce n'est pas un homme bien, c'est un dictateur et il lutte pour maintenir son emprise sur son pays pendant qu'il mène cet assaut [sur l'Ukraine].»

    Le président des États-Unis avait donné la semaine passée son feu vert à l'utilisation d'armes américaines par l’Ukraine pour des tirs de contre-batterie sur des cibles situées en Russie près de la région de Kharkov.

  • Frappes contre la Russie avec des armes occidentales : «Notre réponse sera symétrique», prévient Poutine

    Le président russe a dénoncé la dangerosité des livraisons d’armes occidentales à l’Ukraine, alors que plusieurs pays, dont la France, le Royaume-Uni, l’Allemagne et les États-Unis, ont récemment autorisé Kiev à frapper le territoire russe avec des missiles longue portée.

    «Nous allons améliorer nos systèmes de défense anti-aérienne», a d'abord annoncé Vladimir Poutine, évoquant la réponse de la Fédération de Russie à ces actes jugés belliqueux de la part de l'Occident.

    «Si quelqu’un considère possible de livrer de tels missiles, pourquoi n’aurons-nous pas le droit de livrer des armes de même classe dans d’autres régions du monde contre des cibles sensibles ?», a-t-il ensuite noté. Avant de souligner : «Notre réponse sera symétrique, nous y réfléchirons.»

  • Donbass : l’armée russe annonce la libération d’Oumanskoïé

    Le ministère russe de la Défense a annoncé ce 2 juin la libération de la petite localité d’Oumanskoïé, en République populaire de Donetsk. La pression russe se fait sentir en maints endroits du front : les troupes ukrainiennes ont été chassées de près de 30 localités depuis le début du mois de mai.


  • Ce 1er juin, le ministère russe de la Défense a annoncé avoir effectué des frappes contre des installations énergétiques ukrainiennes «en réponse aux tentatives de Kiev d'endommager des installations» énergétiques et de transports russes. Des sites de stockage d’armements occidentaux auraient également été touchés.

  • «Mes sources m'ont informé que le premier groupe d'instructeurs français est déjà en route pour l'Ukraine», a déclaré, le 31 mai au soir sur X (ex-Twitter), Oleksiy Gontcharenko, député de la Rada.

  • Le ministre russe de la Défense Andreï Biélooussov a déclaré ce 31 mai que les forces ukrainiennes avaient subi 35 000 pertes rien qu'en mai, et ce, en dépit de l'aide apportée par les pays occidentaux. Depuis le début de l'année, 880 kilomètres carrés de territoire sont passés sous le contrôle russe, a-t-il notamment ajouté.

Découvrir plus

Raconter l'actualité

Suivez RT en français surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par ANO « TV-Novosti » de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service). En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services. Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix». Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix». Réseaux sociaux Désactiver cette option empêchera les réseaux sociaux de suivre votre navigation sur notre site et ne permettra pas de laisser des commentaires.

OK

RT en français utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix