Michel-Edouard Leclerc redoute un «tsunami» de hausse des prix entre 10 et 39%

Michel-Edouard Leclerc redoute un «tsunami» de hausse des prix entre 10 et 39%© Philippe LOPEZ / AFP
Un consommateur dans un supermarché de Bordeaux le 2 décembre 2022 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Lors d'une interview sur BFM TV, le président du comité stratégique des centres E.Leclerc a déclaré qu'il craignait un «tsunami» de hausse allant de «10 à 39%», notant toutefois la possibilité de négocier avec les grands groupes.

«Aujourd'hui, c'est beaucoup, beaucoup de hausses pour des boîtes qui ont distribué des dividendes et qui ont quand même sorti des marges» : lors d'un grand entretien sur le plateau de BFM TV le 5 décembre, le président du comité stratégique des centres E.Leclerc a tenu à faire une mise au point sur la hausse des prix dans le pays.

Face à l'inflation galopante, Michel-Edouard Leclerc a ainsi expliqué qu'aucun fournisseur n'avait demandé une «baisse de prix pour 2023». Concrètement, «il y a à peu près 10% de hausse moyenne sur l'ensemble du chiffre d'affaires, dont 14% sur l'alimentaire», a-t-il indiqué. En effet, selon une enquête de France Info sur l'inflation des produits alimentaires réalisée en novembre, le prix d'un ticket de course a augmenté en moyenne de 14,4% en un an.

L'entrepreneur est allé plus loin, mettant en garde contre les risques d'un «tsunami», avec une augmentation des prix pouvant aller de «10 à 39%», ce que les consommateurs ont «remarqué dans le caddie». 

Cependant, selon lui, «il y a matière à négocier» avec les grands groupes internationaux. «C'est mon job, c'est le job historique de Leclerc que d'essayer de vendre moins cher», a-t-il rappelé, expliquant par ailleurs qu'il souhaitait «privilégier les PME françaises», en négociant d'abord avec elles. Et pour ce qui est des grands groupes, le président du comité stratégique des centres E.Leclerc a promis d'accepter seulement «les hausses de prix qui sont acceptables par les consommateurs».

Ce n'est pas la première fois que le grand patron alerte sur la situation économique en France. Le 8 novembre dernier, toujours sur BFMil prévoyait déjà «une inflation à deux chiffres».

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix